Viola Spolin ou comment apprendre par soi-même

Publié le par Bulle Carrée

Je lis en ce moment le livre "Improvisation for the theater", la 3ème édition. La première édition a été écrite par l'américaine Viola Spolin, en 1963, bref, c'est pas tout jeune. Mais à cette époque, cette charmante dame a 40 ans d'expérience dans le théâtre et sûrement toute sa tête.

C'est en anglais alors j'ai pas forcément tout compris et le retranscrire n'est pas facile. En tout cas, j'adore ce que je comprends (ou alors je comprends ce que j'aime). "Tout le monde peut improviser" (comme dans Ratatouille, où le grand chef Gusteau dit que tout le monde peut cuisiner). Alors, là, je dis oui.

Bien sûr, certains ont plus de "talent" que d'autres, et par exemple apprennent plus vite. Mais dixit Viola (oui je l'appelle par son petit prénom parce qu'elle ne m'en voudra pas ou alors que je sois foudroyé sur place ... ... ... ok ça passe) le talent vient simplement de la capacité d'une personne à vivre les expériences. Ainsi quelqu'un qui a pris l'habitude de s'ouvrir sur l'extérieur apprendra plus vite.

Alors c'est tout simple pour commencer à improviser, il faut simplement s'ouvrir. Comme un enfant qui découvre le monde. Il y a tellement de choses autour de nous qui excite nos sens. Il suffit de laisser rentrer ses sensations. Avez vous déjà remarqué la couleur de votre pièce ? Est ce que vos mains sont humides ou sèches ? Est ce qu'il fait beau dehors ? Quel est la couleur du ciel ? Est ce que c'est lumineux ?

D'ailleurs la plupart des livres anglophones que j'ai lus insiste comme premier exercice l'observation de son environnement : sons, odeurs, couleurs, températures, formes, etc... Et on peut le faire chez soi et n'importe quand.

OBSERVER est donc une qualité primordiale à travailler. D'ailleurs, le livre "Improvise" d'un autre américain, Mick Napier, rappelle qu'il est important de prendre des moments pour observer, SE NOURRIR de son environnement. Car l'improvisateur ne créé pas à partir du vide, mais à partir de ce qu'il a observé. Alors pour Mick (oui, lui aussi, je l'appelle par son petit prénom ... ... ... ok ça passe encore), c'est inutile de faire trop d'impro pour progresser. Il faut plutôt sortir voir des spectacles, faire de la cuisine, écouter de la musique, se promener,...
Je me rappelle d'ailleurs ma première année de théâtre. Je sortais beaucoup et c'est certainement l'année où j'ai appris le plus. Mon conseil: profitez de la vie !

Publié dans Les Ateliers

Commenter cet article