Réflexions sur le match - le cabotinage

Publié le par Bulle Carrée

Le cabotinage - tout joueur vous en parlera. Il y a le bon cabotin et le mauvais cabotin. Le bon cabotin, il cabotine, et le mauvais cabotin, eh ben, il... cabotine. Ok, y a quand même une différence : c'est dans la subtilité.

Pour les non adeptes, le cabotin est celui qui va faire rire le public sans faire avancer l'histoire. Et là attention (gros triangle avec le gilet fluo), il y a 2 mauvais cabotins :
- celui qui veut faire rire et ça ne fait rire que lui. Exemple : les jeux de mots pourris
- celui qui fait rire mais nuit à l'histoire (dans la construction ou dans l'ambiance). Exemple :  le fantôme travelot dans une catégorie Stephen King.
Le 1er type, n'en parlons même pas, il faut lui en parler.

Mais le débat fait rage sur le 2ème. Les adeptes de ce cabotinage diront que fort heureusement, ce personnage est là dans les impros qui n'avancent pas. Alors on va faire rire le public pour qu'il oublie que ça patine et hop ni vu ni connu, show must go on. Mais le problème, c'est que ça devient vite maladif. A n'importe quel impro, on ne cherche plus à construire, c'est tellement plus simple à faire rire. Et puis tout joueur n'est pas fait pour cabotiner, quel dommage pour ceux qui n'y arrivent pas et qui pensent que le but ultime de l'improvisation est de cabotiner.

Alors bien sûr, le cabotin est important mais c'est comme du sucre dans un gâteau. Il ne faut pas trop en mettre sinon ça devient ecoeurant et ça dénature les autres ingrédients. Imaginez que dans un repas de soirée, on ne vous servait que des donuts. Mmmh, ca serait bon, mais vous passeriez à côté d'autres plats qui sont tout aussi bons. A bas la Junk Impro !

Donc cabotins qui se reconnaissent. Allez y mollo. Point trop n'en faut.

Publié dans Le Match d'Impro

Commenter cet article

JanPolPoz 03/11/2008 19:22

Tout à fait de cet avis. Le risque c'est aussi d'essayer de cabotiner sans le faire correctement (je sais de quoi je parle, je me vise). De plus les situations d'improvisation sont souvent drôles sans que les joueurs l'aient souhaité. Cela vient par exemple des improvisations mixtes où les équipes auront des caucus tellement différents que s'ils arrivent à se retrouver l'humour sera présent.